Au lendemain du second tour des régionales, édition spéciale avec Bruno Le Maire, député de l'Eure et candidat à la primaire des Républicains, et Stéphane Le Foll, porte-parole du gouvernement.

Bruno Le Maire, de son côté, n’a pas entendu se satisfaire de la victoire de son parti aux élections, et considère qu’il faudra à l’avenir le réformer en profondeur : « Nous ne faisons pas envie, nous ne suscitions pas l’adhésion », explique-t-il « Il nous reste quelques mois pour créer cette adhésion-là ».

Il refuse de remercier les états-majors socialistes, mais remercie « la liberté des électeurs de gauche », s’opposant en ce sens à Nathalie Kosciusko-Morizet. Est-il d’accord avec l’idée d’avancer la primaire à droite ? «On veut une primaire réussie ou ratée ? Une primaire réussie c’est une primaire pour laquelle on se donne le temps ».

Stéphane Le Foll, lui, répond aux propos tenus par Jean-Christophe Cambadélis, Premier secrétaire du Parti socialiste, qui a critiqué l’action du gouvernement : « Le niveau atteint par le FN aujourd’hui n’est pas seulement lié à la pauvreté ».

Sur la recomposition du paysage politique : « La France a besoin de dialogue, de dialogue social car elle a besoin de compromis. Tous ceux qui vont nous emmener vers la radicalité, vers la brutalité nous emmènent dans le mur. (…) Il faut sortir de cette logique de confrontation qui a été alimentée par la gauche, par la droite, et par l’extrême droite. (…) Il faut au moins des idées qui soient partagées ».

Les invités
L'équipe
Mots-clés :
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.