Le principal syndicat de policiers appelle à une journée de mobilisation pour dire "stop à la haine anti-flic". Céline Berthon, du Syndicat des commissaires de la police nationale (SCPN) et Fabien Jobard (CNRS), sont les invités de Patrick Cohen.

Plus de 8 Français sur 10 ont une bonne opinion de la police, révèle un sondage Odoxa pour Le Parisien, en ce jour de manifestation des forces de l'ordre. Céline Berthon du SNCP n'est pas surprise par ce résultat : "Les policiers savent que la majorité silencieuse leur porte respect et considération. "

Pourquoi, alors, ce climat de défiance dans les manifestations ? À cause de "l'instrumentalisation par certaines organisations de la haine anti-flics , estime la secrétaire générale du SNCP. La CGT, notamment, pour qui c'est un moyen de se faire entendre ."

La CGT a voulu capitaliser sur la haine anti-flic qui existe dans certains milieux.

De son côté, Fabien Jobard, chercheur au CNRS et spécialiste de droit et des insitutions, s'étonne que la police se soit laissée déborder lors des récentes manifestations à Paris : "les casseurs ne sont pas aussi bien équipés qu'on le dit ".

►►►Quel maintien de l'ordre en France ?

"Dans les pays anglo-saxons, le politique ne peut pas entrer en jeu dans une manifestation ", explique Fabien Jobard. Selon lui, la France détient le record européen des forces exclusivement déployées pour le maintien de l'ordre.

En Allemagne et en Angleterre, "le gros des manifestants ne se solidarise pas avec les branches radicales et minoritaires " affirme le spécialiste Fabien Jobard.

En France, on pratique aujourd'hui le maintien de l'ordre exactement comme on le pratiquait au début des années 80.

►►►INTERACTIV'

Les invités
L'équipe
Mots-clés :
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.