La Ministre des Droits des femmes et porte-parole du gouvernement est l'invitée de Patrick Cohen. Elle est revenue sur l'élection contestée au sein de l'UMP de Jean-François Copé.

Je suis satisfaite d'une certaine manière que prenne enfin fin cet épisode de la confrontation interne à l'UMP, qui nous a valu tous les excès, toutes les outrances, toutes les caricatures au sein de la droite.

Il y a eu une profonde césure au sein de la droite avec une radicalisation de la partie qu'a entraîné derrière lui Jean-François Copé. J'espère qu'il retrouvera ses esprits maintenant que cette bataille est finie et que plutôt que de nous parler de droite décomplexée, il nous parlera de droite constructive.

Najat Vallaud-Belkacem a affirmé aussi que son gouvernement allait "abroger le délit de racolage passif".Ce délit, inscrit dans la loi depuis 2003,

fait de (celles) qu'on considère comme victimes les coupables (...) C'est pour cela que nous allons abroger ce délit de racolage passif parce que nous sommes là pour protéger les personnes en situation de prostitution, pour les aider à sortir de la prostitution plutôt que les condamner. L'essence de notre action, c'est la prostitution, parce que les femmes sont en souffrance.

Le délit de racolage passif, visant à "inciter à des relations sexuelles en échange d'une rémunération ou d'une promesse de rémunération", est à l'heure actuelle puni de deux mois d'emprisonnement et de 3.750 euros d'amende. Une proposition de loi du groupe EELV visant à abroger cette loi doit être présentée le 21 novembre prochain au Sénat.

Najat Vallaud-Belkacem
Najat Vallaud-Belkacem © Radio France / Anne Audigier
Les invités
L'équipe
Mots-clés :
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.