Hier, la Fondation Abbé Pierre a dit sa "colère" de constater que "la loi n'est pas respectée" concernant les expulsions locatives".

Patrick Doutreligne, le délégué général de la Fondation a dénoncé sur notre antenne une régression. "Autant le gouvernement précédent nous écoutait attentivement mais nous rétorquait toujours qu'il ne pouvait rien changer, que c'était la règle du marché. Autant ce gouvernement a dit qu’il faut d'abord respecter l'homme, quitte à modifier le droit. C'est un discours qui nous a plu, à condition qu'il soit appliqué".

Réponse ce matin de Cécile Duflot . La ministre du Logement l’assure, elle va "faire tout le clair" sur des cas d'expulsions locatives dénoncés par la Fondation Abbé Pierre, en vue "d'y remédier".

"Nous allons faire tout le clair sur cette situation pour identifier précisément ce qui s'est passé", a assuré la ministre écologiste qui reconnaît que "visiblement il y a eu peut-être un dysfonctionnement" auquel "nous ferons en sorte" de "remédier".

"Nous avons identifié quatre cas à ce stade dont un seul cas d'expulsion à qui il a été immédiatement proposé dès hier soir un hébergement", a précisé Cécile Duflot qui a rappelé que "les gens qui sont reconnus prioritaires par la loi ne peuvent pas être expulsés" et que "la circulaire doit s'appliquer pleinement".

La ministre a rappelé que "9.000 nouvelles places d'hébergement" vont être créées dès cette année pour lutter contre la pauvreté et l'exclusion sociale.

Les invités
L'équipe
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.