Nathalie Kosciusko-Morizet
Nathalie Kosciusko-Morizet © Reuters / Philippe Wojazer
manuel valls estime que françois bayrou ne sera pas au deuxième tour pour 2012
manuel valls estime que françois bayrou ne sera pas au deuxième tour pour 2012 © reuters

Les invités du 7/9 pour le débat de la matinale sont aujourd'hui la Ministre de l'Ecologie, du Développement durable, des Transports et du Logement Nathalie Kosciusko-Morizet et le directeur de la communication de la campagne de François Hollande Manuel Valls .

Le débat a été analysé par l'Institut Médiascopie

L’analyse de Denis Muzet (Institut Médiascopie)

Logo Mediascopie
Logo Mediascopie © Radio France

Avantage Manuel Valls , selon notre Médiascopie, qui domine nettement la porte-parole du candidat Nicolas Sarkozy, y compris auprès de l’électorat de Marine Le Pen. Le directeur de la communication du candidat du Parti Socialiste fait beaucoup plus le plein de l’adhésion à gauche que Nathalie Kosciusko-Morizet ne fait le plein, de son côté, à droite.

Sur la renégociation du Traitéeuropéen annoncée par François Hollande, Manuel Valls entraîne la gauche - mais pas la droite - quand il explique qu’il ne faut pas sacrifier la croissance et l’emploi par une politique d’austérité. Par contre les électeurs de Marine Le Pen le rejoignent quand il accuse Nicolas Sarkozy d’avoir cédé à l’Allemagne. L’anti-germanisme est un ressort qui fonctionne encore.

TVA sociale : Nathalie Kosciusko-Morizet ne convainc que son camp quand elle justifie la mesure par le renforcement de la compétitivité des entreprises et de l’emploi. Et Manuel Valls fait à nouveau basculer les électeurs de Marine Le Pen de son côté quand il met en garde : cette mesure va pénaliser les ménages les plus modestes. Sur ce point, pour le gouvernement, c’est plié, il aura du mal à retourner l’opinion.

Nathalie Kosciusko-Morizet marque des points quand elle explique qu’avec François Hollande le changement c’est pas seulement maintenant, mais tout le temps. Pour une fois, Manuel Valls est à la ramasse ; il peine à convaincre que son favori a une vision constante.

Mais Manuel Valls cartonne sur la dénonciation de Nicolas Sarkozy . En particulier quand il l’accuse d’avoir menti ou quand il argue que notre pays a besoin de réconciliation et d’apaisement.

Néanmoins, il se prend les pieds dans le tapis sur la sécurité : après avoir expliqué qu’elle est pour la gauche une priorité, les électeurs de Marine Le Pen le sanctionnent, avec la droite classique, quand il revendique la crédibilité de la gauche sur ce sujet. Personne à droite ne pense que les socialistes ont changé dans ce domaine. Ils ont du pain sur la planche s’ils veulent convaincre !

Voici un extrait de l'analyse en vidéo

Les invités
L'équipe
Mots-clés :
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.