François Bayrou, maire de Pau et président du Modem, est l'invité de Marc Fauvelle. En pleine mobilisation des éleveurs pour des prix plus justes, il attend plus que des mesures d'urgence.

Les éleveurs maintiennent leurs barrages dans l'Ouest de la France, et attendent de connaître les mesures du plan d'urgence annoncé mardi par François Hollande.

Les éleveurs sont dans un état de désespoir parce qu'ils ont le sentiment que leur métier, leur vocation, leur manière de vivre sont aujourd'hui impossibles à soutenir sur le long terme. Ils ont le sentiment que les dettes, les heures incroyables de travail qu'ils accumulent, ce métier qu'ils aiment, tout cela est abandonné.

François Bayrou met en cause le modèle actuel : "Il faut passer d'un modèle de marché au jour le jour à un modèle de contrat de production, avec des prix garantis à l'avance." Il prône aussi l'instauration de labels de qualité transparents, organisés au sein des filières et facilement compréhensibles par les consommateurs. Quant aux collectivités locales, elles doivent, selon lui, être incitées à acheter des productions locales "qui ne sont pas forcément plus chères".

Sur la situation grecque, il affirme que "Alexis Tsipras avait deux choix : ne pas respecter ses promesses ou sortir de l'euro". Pour lui, les Etats européens, et notamment l'Allemagne, condamnent trop la Grèce, qui a fait des efforts.

françois bayrou lance un signal d'alarme
françois bayrou lance un signal d'alarme © reuters
Les invités
L'équipe
Mots-clés :
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.