Débat animé ce matin sur notre antenne autour de l'accord national interprofessionnel... Nous recevions Jean-Marc Germain, député socialiste des Hauts-de-Seine et rapporteur du projet de loi sur la sécurisation de l’emploi, et Gérard Filoche, ancien inspecteur du travail et membre du bureau national du Parti socialiste.

Dans la nuit de samedi à dimanche, le Sénat a adopté dans la douleur le projet de loi sur l'emploi. Le texte a été voté par 172 voix contre 24 à l'issue d'un débat houleux. Le PS, le RDSE et les centristes ont voté pour. L'UMP et les écologistes se sont abstenus. Seuls les communistes ont voté contre, ainsi que Marie-Noëlle Lienemann (PS).

Sur France Inter, Gérard Filoche a redit tout le mal qu'il pense de ce texte. "Ce texte est un recul. Il y a 27 articles et il n’y a pas une seule avancée. Tout est mauvais pour les salariés. C’est un recul pour la protection du licenciement et c’est une flexibilisation totale du droit au licenciement Le patronat qui a exigé cela se jettera dessus pour licencier. On va avoir 200.000 chômeurs en plus." Il s'est aussi interrogé : "On passe 5 mois sur le mariage pour tous, et que 3 semaines sur la question du droit du travail. Pourquoi ?"

De son côté, Jean-Marc Germain a continué de défendre le texte : "Il y aura des nouveaux droits pour les salariés." Avant de préciser : "je n’appelle pas cela de la flexi-sécurité, j’appelle cela de la sécuri-sécurité. En fait, on veut rendre plus difficile le licenciement." Il prévient aussi que : "’il y a des incertitudes, par exemple sur la mobilité, eh bien on regardera et on corrigera le tir."

Les invités
L'équipe
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.