Il est le nouveau président du Conseil national du numérique, cet organisme consultatif qui a notamment nourri le projet de loi numérique. Mounir Mahjoubi, geek revendiqué et socialiste assumé, est l'invité de Patrick Cohen.

Mounir Mahjoubi répond aux questions de Patrick Cohen :

Vous vous décrivez comme un « super geek » ?

J’ai découvert Internet à 16 ans au Palais de la Découverte, où c’était la première fois qu’il y avait de l’Internet gratuit et ouvert à tous, depuis […] je n’ai jamais quitté Internet. Depuis 15 ans, dans Internet, j’essaie d’être le guide.

Ma spécialité c’est la transformation numérique des entreprises.

Vous êtes membre du PS, toujours aujourd’hui ?

Toujours, mais je n’ai pas été actif depuis 2012.

Depuis quelques jours vous êtes président du CCNum, un organisme consultatif qui, comme disait votre prédécesseur, est chargé de faire l’interface entre l’écosystème du net et les pouvoirs français et européens ?

On n’est pas que le conseil des pouvoirs publics on va essayer d’être un organe indépendant qui va permettre d’éclairer les entreprises, les gens sur les transformations que le numérique va impliquer.

Qu’est-ce que ça pèse face aux véritables décideurs qui sont tous en Californie ?

Ces grands acteurs ont apporté des solutions formidables dans nos vies […] sauf qu’aujourd’hui ils ne paient pas leurs impôts ici, ils ont une interprétation différente de la gestion des données personnelles, il va falloir trouver une façon de mieux vivre ensemble.

Mounir Mahjoubi : "il va falloir trouver une façon de mieux vivre ensemble".

C’est eux qui fixent les règles, pas les états et encore moins la France ?

La France est parmi les états leaders en Europe sur ces questions. Si la compréhension était généralisée au niveau des décideurs et au niveau des Français on pourrait leur proposer un mieux vivre ensemble, voire même une meilleure régulation.

Qu’est-ce qui n’est pas bien compris et qui pourrait faire l’objet d’une riposte ?

On ne leur paie rien et pourtant elles font de l’argent. On ne sait pas quelle est la richesse générée sur les plateformes par la visite des Français . On manque d’outils. Il y a eu plusieurs rapports, le rapport Colin il y a quelques années. Mon rêve serait que ces entreprises annoncent qu’elles payeront leurs impôts là où elles créent de la richesse.

Donc vous croyez au personnel ?

Je crois aux outils qu’on va inventer au niveau européen pour les taxer.

Les conditions générales de Facebook peuvent changer du jour au lendemain. Cela va disparaître avec la loi Lemaire en discussion : pour les obliger à être loyaux avec ses utilisateurs.

Prenons l’exemple d’entreprises entièrement liées aux fonctionnalités de Facebook , cela fait disparaître des emplois. Grâce à cette loi, cela ne pourra plus arriver.

Le bras de fer entre Apple et le FBI aux États-Unis sur le déchiffrement d’un téléphone portable, ça vous semble être emblématique de la problématique sécurité versus protection des données ?

C’est emblématique et la plus grande discussion du moment.

Quel est votre point de vue ?

Des démocraties comme l’Estonie ont créé le vote électronique.

Mon point de vue et celui du CNNum est que si l’on crée une seule exception au chiffrement, on casse la confiance dans les correspondances individuelles, dans le vote, dans les banques.

Le chiffrement des terroristes c’est moins de un millième du chiffrement.

La réponse à donner serait de former tous les utilisateurs au chiffrement car nous n’avons pas la culture de la protection de données.

Même dans l’exemple de San Bernardino : des appareils mobiles chiffrés qui ont servi à des attentats, vous êtes contre le décryptage ?

La question sur ce cas spécifique est compliquée : l’Etat demande une règle de déchiffrement reproductible pour plusieurs appareils. Avant, le cryptage chez Apple n’était pas compliqué, aujourd’hui le cryptage d’un téléphone, je suis le seul à l’avoir.

Aujourd’hui, on a des services de renseignements qui ont des capacités de décryptage. Le problème c’est la durée, cela peut prendre des semaines.

Apple peut faire des exceptions sinon ils brisent la confiance ? Ou alors ils ne le disent pas ?

C’est une des accusations faites à Apple .

Ça vous semble crédible ? Vous, vous pensez qu’il ne faut pas faire une exception ?

Je pense qu’il ne faut pas faire une exception

Les invités

L'équipe

Mots-clés:
Nous contacter
  • ICAgICAgICAgICAgPHN2ZyBjbGFzcz0iaWNvbiI+CiAgPHVzZSB4bWxuczp4bGluaz0iaHR0cDovL3d3dy53My5vcmcvMTk5OS94bGluayIgeGxpbms6aHJlZj0iI2ljb25fY29udGFjdCI+PC91c2U+Cjwvc3ZnPiAgICAgICAgICAgIENvbnRhY3QKICAgICAgICA=