Il s'est récemment converti à l'écologie et il explique, dans Le monde au défi (Fayard), que c'est une des dernières valeurs capables de fédéreer un monde désormais éclaté. L'ancien ministre des Affaires étrangères Hubert Védrine est notre invité.

►►►VIDEO - Hubert Védrine répond aux questions de PatrickCohen

►►►VIDEO - Hubert Védrine : "Les Autrichiens paisibles en ont assez de la gestion ensemble par la droite et la gauche au pouvoir"

►►►A retenir :

Elections en Autriche : quel message ?

« Beaucoup de peuples en Europe sont tellement furieux qu’ils sont prêts à se servir du vote le plus provoquant possible »

« Il ne faut pas en conclure qu’il y a 49,7% d’Autrichiens extrémistes »

« D’une façon générale quand on parle de populisme, il y a toujours une référence implicite aux années 30 alors qu’aujourd’hui cela n’a aucun rapport »

« En Europe, il y a entre 15 et 20% de vrais anti-européens et 20% d’européens convaincus. Il faut parler aux 60% de déçus »

►►►VIDEO - Hubert Védrine : Hubert Védrine : "Il faut parler aux 60% de gens eurodéçus"

« Le système européen est considéré comme trop loin de leur bulletin de vote »

« Le vrai problème en Europe aujourd’hui, c’est le décrochage des peuples »

« Ça ne sert pas à grand-chose de condamner les anti-européens car ils sont idéologiques, ils ne bougeront pas, il faut parler aux sceptiques. Jean-Claude Juncker le fait souvent mais il n’est relayé par personne »

« Jean-Claude Junker a le courage de dire que l’Europe s’est trop mêlée de la vie des gens, qu’on a fait des directives trop détaillées. C’est une des grandes pistes »

Brexit

« Je pense que les Britanniques vont rester mais ce serait une erreur d’être soulagé »

►►►VIDEO - Hubert Védrine : "Je pense plutôt que les Britanniques vont rester"

Manuel Valls en Israël pour promouvoir l’initiative française des négociations de paix

« L’essentiel c’est que reste l’idée de l’initiative »

« Il ne faut pas être étonné que Netanyahu rejette l'initiative. La droite israélienne a toujours dit que personne n’était qualifié pour imposer une solution »

« Le camp de la paix, qu’on n’écoute pas assez en Israël, dit qu’il faut une pression extérieure sur les Israéliens car le Likoud est encore plus d’extrême droite que le FPO en Autriche »

« La pression de la France a peu de chance d’aboutir »

Election présidentielle aux Etats-Unis : politique internationale de Hillary Clinton

« Elle a exprimé deux ou trois réserves sur l’accord avec l’Iran mais peu (…) si elle est élue elle le conservera »

« Son élection est aujourd’hui l’option la plus probable »

« C’est une liberal hawk , donc une interventionniste, je serais étonnée qu’elle ne réengage pas les Etats-Unis dans un conflit ou un autre »

Les élection présidentielle aux Etats-Unis

« Le simple fait que l’élection de Trump soit possible est un évènement politique »

« Ses déclarations les plus tonitruantes lui ont permis de capter l’électorat le plus furieux »

« A mon avis, il serait assez économe dans la puissance américaine, c’est un homme d’affaires, donc un réaliste, c’est un homme qui sait faire des deals. Les Républicains sont en train de se réunir avec lui car ils ne veulent pas de Hillary Clinton. »

«Tout ce que dit Trump n’est pas antinomique avec ce que dit Obama »

►►►Hubert Védrine : "Donald Trump à la Maison Blanche, ce n'est pas impossible"

La désintégration du Moyen et Proche-Orient

Accords Sykes-Picot : « La destruction de l’héritage Sykes-Picot est la conséquence de la désagrégation récente du Moyen-Orient sous le coup de l’invasion américaine de 2003 (…) et d’autre part à cause du phénomène Daech »

« Aujourd’hui, aucune puissance régionale ou globale n’est capable de réorganiser le Moyen-Orient qui se substituerait en mieux au système Sykes-Picot qui est en train de disparaitre sous nos yeux »

« Quelle puissance il faudrait avoir pour que les Iraniens et les Saoudiens se résignent à cohabiter avec leur protégé et à conclure des sortes d’accords de Westphalie qui avaient mis fin aux guerres de religions en Europe, c’est ce qui manque »

Son dernier ouvrage : « Le monde au défi »

« Il n’y a pas encore de communauté internationale »

« Quand on arrive à la question de l’écologie on est bloqué par le fait que les gens ne peuvent pas abandonner du jour au lendemain leur système de production »

« J’écoute plutôt les écologistes scientifiques »

« Les écologistes organisés en partis politiques sont sectaires, maximalistes, gauchistes »

« Ils ont 3 ou 4% des soutiens là où ils devraient avoir 90% des gens derrière eux »

« Il faut raisonner sur 20, 30 ans (…) et tout devient soluble »

« J’ai l’impression que l’économie mondiale va s’écologiser »

« Il faut inventer le PIBe, le PIB écologique »

►►►VIDEO - Hubert Védrine répond aux questions des auditeurs de France Inter

Les invités
L'équipe
Mots-clés :
Suivre l'émission
Nous contacter
  • 0145247000
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.