La ministre de l'Ecologie est l'invitée de Patrick Cohen, à six jours du lancement de la COP21 à Paris.

Guillaume Pepy vous a remis un ensemble de propositions pour améliorer la sécurité des trains et gares. Qu’avez-vous décidé ?

Un mot d’explication d’abord, pourquoi la ministre de l’Environnement s’occupe des transports. Car le développement durable c’est aussi l’équipement. Nous avons examiné hier les propositions de Guillaume Pepy. Des décisions ont été prises. Elles vont dans la bonne direction. Elles reprennent ce que j’avais demandé après les tentatives d’attentats dans le Thalys : protégeons les trains internationaux. La décision c’est d’installer des portiques à Lilles et Paris avant le 20 décembre , ce sera fait à Bruxelles ensuite. Au besoin la France installera les portiques dans les gares étrangères d’arrivée pour que les portiques soient cohérents , il y aura la répartition des frais entre les différentes gares.

Il y a aura un contrôle d’identité et de bagages ?

Exactement. La deuxième décision, c’est de regarder comment sur les trains internationaux on peut mettre en place des billets nominatifs. La troisième décision est assez simple et existe déjà : les barrages filtrants. La décision est de déployer des barrages filtrants en s’appuyant sur les moyens de la SNCF , qui peut s’adjoindre des agents assermentés d’entreprise.Ces barrages filtrants sont sécurisants pour les voyageurs.

Pour le moment les accès au quai sont libres, sauf pour l’Eurostar.

Exactement. On ne peut pas le faire partout mais petit à petit il faut intensifier les contrôles aléatoires, les contrôles filtrants aléatoires. Ça se fait déjà de façon simple à l’entrée des salles de spectacles.

il y a quelques décennies, il fallait acheter un ticket de quai pour y accéder.

C’est vrai. Le dernier point ce sont les contrôles aléatoires en utilisant les nouvelles technologies . Vous savez peut-être qu’il y a maintenant des portiques mobiles à l’intérieur des gares, c’est efficace car il n’y a pas le problème de ralentissement de flux de voyageurs. Il y a aussi des contrôles par scanner et des patrouilles aléatoires.

Les contrôles engagés avec le plan Sentinelle, avec l’armée, restent à leur niveau maximum dans les gares.

Ces décisions vont s’appliquer progressivement ?

Elles vont être appliquées immédiatement. Ces décisions ont été prises hier avec le ministre de l’Intérieur et le Premier Ministre. La SNCF va mettre très rapidement ces propositions en application.

INTERACTIV

« Les barrages filtrants dans les gares créent des emplois »

(Auditrice) –Les RER et les TGV sont déjà assez chers, le seul avantage du train c’est son accessibilité. Il n’y aura plus que les bus et donc plus de pollution

Vous avez raison. En tant que présidente de région j’avais créé le train à 1 euro. Je défends les transports publics mais il faut trouver un juste équilibre. C’est la raison pour laquelle les barrages filtrants sont plus efficaces. C’est assez simple, et puis ça créé des emplois , de créé des barrages filtrants.

Je vais lancer un appel à projet sur les nouvelles technologies , nous avons un système de scanner automatique, à des endroits que ne voient pas forcément les passagers , qui permettent de fluidifier le passage.

(Patrick Cohen) Je rappelle que les attentats de Madrid se sont produits sur des trains de banlieue.

A Madrid des décisions ont été prises suite à ces attentats, le seuil de contrôle s’est élevé. En France on peut y arriver, notamment par les barrages filtrants.

Il y aura des agents civils armés en patrouille dans les trains ?

Il y a déjà des moyens existants. C’est l’armée qui patrouille dans le cadre du plan Sentinelle. Il faut déployer de manière

Il y a une proposition de loi Savary sur la sécurité dans les transports qui devrait rapidement être étudiée.

(Twitter) Les billets nominatifs c’est pour la fraude pas pour le terrorisme. Les terroristes prennent toujours le train ?

Il y a toujours des objections à tout. Il faut prendre des décisions rigoureuses.

(Auditeur) le Gouvernement est-il d’accord pour que l’expression citoyenne puisse s’exprimer autour de la COP 21 puisqu’il y a des interdictions du Gouvernement ?

(Patrick Cohen) Les deux grandes manifestations qui devaient attirer des militants de France et du monde entier ont été annulées.

Je pense que tout le monde peut comprendre, il n’est pas question de laisser courir le moindre risque à des personnes qui descendent dans la rue pour défendre le défi climatique.

Il y a d’autres manières de se mobiliser.

Dans l’espace génération climat, 24 000 m2 sont consacrés à des conférences, des échanges entre les entreprises, les ONG, les citoyens.

Pour la première fois dans une conférence climat il y aura la semaine des actions , la reforestation, la montée en puissance des énergies renouvelable, l’apport de l’énergie solaire à l’Afrique, la construction dans les zones inondables, la reconstruction des barrières de corail pour lutter contre l’acidification des océans. Toute une série de sujets qui montre, et c’est le côté positif de la conférence climat , que des solutions existent et que c’est là que se trouvent les leviers économiques de croissance, de réduction des inégalités entre le nord et le sud, et de limitation des migrations massives du climat. Savez-vous qu’il y a plus de réfugiés climatiques aujourd’hui que de réfugiés dus aux conflits et aux guerres ?

(Twitter) La grogne monte chez les inspecteurs de l’environnement avec la réduction des effectifs.

Je suis contente d’avoir des mouvements exigeants par rapport à leur travail.

Tous les jours j’ai des combats difficiles. Actuellement je lutte contre le rejet des boues rouges en Méditerranée .

(Auditeur) Quel va être le coût en CO2 de la COP 21 ?

Nous avons veillé à ce que les constructions provisoires soient aux hautes normes environnementales.

Les invités
L'équipe
Mots-clés :
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.