Martine Aubry était l'invitée du 7/9 de Patrick Cohen en direct de Lille. Elle est notamment revenue sur ses propos tenus à l'égard d'Emmanuel Macron, à propos duquel elle avait exprimé son "ras le bol", sur la montée supposée du Front national dans la région, sur la candidature de Pierre de Saintignon à la tête de la région et le statut des fonctionnaires.

Patrick Cohen : est-ce que vous imaginez à la mi-décembre Marine Le Pen devenir présidente de région ?

Martine Aubry : "Non. Je ne veux pas l’imaginer car ce qui est important est de savoir comment et qui va pouvoir porter haut cette région […] c’est-à-dire le chômage, le logement. […] Nous avons réunis les deux régions les plus pauvres de France. De quoi ont-elles besoin ? […] D’une équipe autour de Pierre de Saintignon."

Ne vous trompez pas, Madame Le Pen veut vous divisez. Marine Le Pen est un danger, […] vous en serez les premières victimes.

Comment expliquez-vous le vote Front-National ?

"Les gens ont l’impression d’une impuissance des partis traditionnels. Regardez Corbyn en Grande-Bretagne, ça veut dire quelque chose. […] Ne vous trompez pas, Madame Le Pen veut vous divisez. Marine Le Pen est un danger, […] vous en serez les premières victimes. Elle se sert de vous."

On ne peut pas parler de République tous les jours depuis le 11 janvier et ne pas reconnaître ceux qui font vivre cette République

Inquiétude, perte de repères, tout ceci n’est-il pas aggravé par la politique du gouvernement et des propos comme ceux tenus par Emmanuel Macron ?

"Ne soyons pas manichéens : le manichéisme c’est ce qui porte Madame Le Pen. Pour autant, je ne retire rien de ce que j’ai dit, ni dans le positif ni dans le ras-le-bol (…) On ne peut pas parler de République tous les jours depuis le 11 janvier et ne pas reconnaître ceux qui font vivre cette République. Je parle des policiers, des enseignants…(…) Je n’aurais pas métamorphosé mes quartiers populaires si je n’avais pas eu les fonctionnaires pour m’aider."

Essayons d’arrêter d’opposer les entrepreneurs aux fonctionnaires. (…) Essayons de faire en sorte que notre pays ait envie, ensemble, de s’en sortir

*Le vote FN monte dans votre région et trois quarts des sympathisants de gauche de la région pensent que vous auriez été une meilleure candidate que Pierre de Saintignon…**

"Est-ce que vous avez testé mon nom ? Cette petite musique que j’entends depuis deux, trois jours m’hallucine. Peut-on vraiment dire que le FN monte dans le Nord-Pas de Calais parce que Martine Aubry ne s’est pas présentée ? Faut-il que je me présente dans les treize régions de France ? Je suis contre le cumul des mandats, je suis peut-être ringarde, mais je suis engagée auprès des Lillois."

*Selon un récent sondage Odoxa/Le Parisien-Aujourd'hui en France/BFMTV, Marine Le Pen arriverait largement en tête du premier tour des régionales le 6 décembre et l'emporterait largement au second. Pierre de Saintignon, le candidat PS, lui, n'arriverait que troisième aux premier et second tours.

Chacun a travaillé un peu moins mais la France a travaillé beaucoup plus. Dans la loi sur les 35 heures, il y a des souplesses qui ont été portées : l’annualisation du temps de travail que les Allemands veulent mettre en place [sans y arriver], le travail le week-end, mais tout ça on ne le regarde pas parce qu’on est dans l’idéologie et le manichéisme

C’est un totem le statut des fonctionnaires, on ne doit pas en débattre, comme les 35 heures ?

"Mais pas du tout. […] moi ça me fait rigoler. Il n’y a pas un gouvernement qui les a remises en place. Pourquoi ? Parce que ça a permis une amélioration des conditions de vie. […] Il faut que je le dise à Monsieur Macron parce que je n’ai pas eu l’occasion de lui dire. Quand il a dit : "certains ont cru qu’en travaillant moins on travaillerait plus », et bien on a travaillé deux milliards d’heures en plus en 2002 qu’en 1997, lorsque je suis arrivée numéro deux du Gouvernement. Parce qu’on a permis d’embaucher deux millions de personnes supplémentaires. Donc chacun a travaillé un peu moins mais la France a travaillé beaucoup plus. […] Dans la loi sur les 35 heures, il y a des souplesses qui ont été portées : l’annualisation du temps de travail que les Allemands veulent mettre en place [sans y arriver], le travail le week-end, mais tout ça on ne le regarde pas parce qu’on est dans l’idéologie et le manichéisme."

Hollande a déclaré que si la courbe du chômage ne s’inversait pas il ne se représenterait pas. Dans ce cas, Valls serait le candidat légitime ou vous espérez des primaires ? Et vous candidate ?

"Je l’ai toujours dit, je souhaite que le Président de la République réussisse. […]Oui, je crois qu’il est essentiel qu’on relance la croissance. […] Ce n’est pas moi seulement qui le dit, Moody’s a diminué notre note il y a quelques jours parce qu’on n’a pas assez de croissance […] Donc on n’est pas là, dans des gauchos du PS qui règlent des comptes. On a encore le temps de faire retourner la courbe du chômage."

Vous savez, les hommes et les femmes de culture, en général sont des gens qui réfléchissent...

Et à un auditeur qui la complimente sur son action pour la politique culturelle de Lille: "Vous savez les hommes et les femmes de culture, en général sont des gens qui réfléchissent. C’est pour cela que la culture est combattue dans tous les pays où les libertés n’existent pas, parce que les artistes nous amènent à réfléchir, à mettre le doigt là où ça fait mal dans la société. »

Les invités
L'équipe
Mots-clés :
Suivre l'émission
Nous contacter
  • 0145247000
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.