raffarin voit une "menace de chienlit" peser sur la france
raffarin voit une "menace de chienlit" peser sur la france © reuters

L'ancien Premier ministre était l'invité de Patrick Cohen.

Interrogé sur l'accrochage qui a eu lieu à l'Assemblée mardi, où le ministre de l'Intérieur -conspué sur les bancs de la droite- a interpellé Claude Goasguen sur son passé de proche de l'extrême droite, Jean-Pierre Raffarin a expliqué qu"on sent que le gouvernement est très nerveux, très inquiet, il vit ses dernières heures, ses derniers jours". "Un gouvernement faible, à bout de souffle", selon le sénateur UMP.

Pour l'ancien Premier ministre quand on est ministre de l'Intérieur, "on ne va pas chercher ce que faisaient les gens à 18 ans". "Il y a bien longtemps que Claude Goasguen n'est pas un extrémiste" (Claude Goasguen, bientôt 69 ans, est député-maire du XVIème arrondissement).

L'analyse de Jean-Pierre Raffarin est qu'il s'agit là d'une "faute" pour Manuel Valls, une erreur à cause de laquelle "il a raté la marche de Matignon"

Jean-Pierre Raffarin

Les invités
L'équipe
Mots-clés :
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.