Jean-Louis Borloo
Jean-Louis Borloo © Radio France / Anne Audigier

Alors que l'UMP se déchire, l'Union des démocrates et indépendants (UDI) fêtait hier ses nouveaux adhérents à la Mutualité en présence de Jean-Louis Borloo.

Jean-Louis Borloo pourrait-il être le vrai vainqueur de l'élection pour la présidence de l'UMP ? En tout cas il espère bien bénéficier de l'imbroglio au sein du parti de droite pour faire monter en puissance son propre parti, l'UDI.

"Nous avons créé l'UDI dans le cadre d'une coalition avec l'UMP, dont nous souhaitions prendre le leadership" , explique Jean-Louis Borloo. Et de rappeler que contrairement au parti de Jean-François Copé et François Fillon, son mouvement a "une proposition politique votée à l'unanimité, un président élu à l'unanimité, des dizaines de milliers de nouveaux militants qui arrivent tous les jours" . De quoi se forger une légitimité face au géant UMP.

Alors, l'UMP est-elle morte pour Jean-Louis Borloo ?

Le parti centriste conserve pourrait donc tirer partie de la confusion à l'UMP. Jean-Louis Borloo estime même que l'UDI "doit incarner le leadership de l'opposition" , face à un gouvernement "qui nous emmène vers la récession" .

Il a quarante plaques Copé, pourquoi remettrait-il ce magot en jeu ?

Jean-François Copé a refusé ce matin l'idée d'un nouveau scrutin. Interrogé par Thomas Legrand à la sortie du studio, Jean-Louis Borloo a une explication pour ce refus.

### ### "L'emploi doit être la priorité des priorités" Car pour le président de l'UDI, la gauche néglige l'emploi. _"Le président ne propose aucune mesure contre le chômage avant 2014"_ . Pourtant _"l'emploi doit être la priorité des priorités. Le Premier ministre devrait même devenir le Premier ministre et de l'Emploi"_ , plaide Jean-Louis Borloo. _"L'emploi permet de relancer la croissance et de lutter contre les déficits."_ D'ailleurs le patron de l'UDI soutient toutes les mesures qui peuvent relancer l'emploi. Y compris [la proposition d'Arnaud Montebourg d'une "nationalisation transitoire"](http://www.franceinter.fr/depeche-arnaud-montebourg-ne-veut-plus-de-mittal-en-france) pour le site ArcelorMittal de Florange. _"Passer par un contrôle public transitoire me parait adapté"_
Bref le parti de Jean-Louis Borloo veut devenir un acteur majeur de la vie politique. Et pas seulement comme arbitre entre la droite et la gauche. Quand on l'interroge sur les alliances possibles avec l'UMP mais aussi le PS, le leader centriste botte en touche : _"Nous ne souhaitons pas être le complément, mais le plat principal"_ .
Les invités
L'équipe
Mots-clés :
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.