De retour de Grèce où il accompagnait François Hollande en visite officielle, le ministre des Finances est l'invité de Patrick Cohen.

En réaction au mea culpa de Manuel Valls concernant les hausses d’impôts, Michel Sapin rétorque qu'en 2012 et en 2013, le gouvernement ne pouvait éviter d’augmenter les impôts : "Monsieur Valls, explique-t-il, fait un constat qui est exact concernant le poids des impôts sur l’activité".

Interogé sur l'opportunité d'une augmentation des impôts de ceux qui perçoivent un salaire égal au smic, le ministre des Finances avance qu'augmenter "de vingt ou trente euros les impôts d'un Smicard" ne lui semble pas "une priorité".

Sur la proposition des trois contrats d’Air France : "Il est légitime, affirme Michel Sapin, de la part d’air France de demander à leurs pilotes d’être plus proches de leurs camarades dans d’autres compagnies (…). C’est une présentation simpliste, ce qu’il y a derrière c’est la négociation en cours avec les pilotes. Le plan A celui qui permet d’éviter un trop grand nombre de destruction d’emplois."

Les invités
L'équipe
Mots-clés :
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.