Alain Vidalies
Alain Vidalies © Radio France /

Le ministre chargé des Relations avec le Parlement était l'invité de Patrick Cohen.

L'UMP a déserté les questions au gouvernement mercredi, pour protester contre une phrase lancée la veille, lors de la précédente séance, par le ministre de l'Intérieur Manuel Valls au député de Paris Claude Goasguen, sur son passé d'"extrême droite".

Le président Claude Bartolone a formé "le voeu qu'à la reprise, après les municipales, nous puissions siéger dans un climat plus apaisé".

La campagne des municipales contribue certes à alourdir l'atmosphère, mais plusieurs députés, comme Michel Piron (UDI), Jean-Jacques Urvoas (PS) ou Benoist Apparu (UMP) se demandent s'il ne faudrait-il pas mieux de supprimer la séance des questions au gouvernement, un "théâtre" qui, ont-ils chacun déclaré, alimente l'antiparlementarisme.

S'il comprends les interrogations de ces députés, Alain Vidalies considère que les questions s'actualité "sont utiles".

Le ministre des Relations avec le Parlement, qui regrette une trop forte théâtralisation" souhaite tout de même des règles et un affrontement plus mesuré. Sans renier ce qui a pu être le comportement des députés PS lorsqu'ils étaient dans l'opposition, Alain Vidalies a regretté que mardi, losque le Premier ministre répondait à des questions sur la situation économique de la France, "une grande partie des députés UMP se soit mise à chanter".

Alain Vidalies a également tenté d'expliquer le comportement de Manuel Valls par le fait que "Claude Goasguen l'a "invectivé durant toute sa réponse". "Manuel Valls lui a rappelé son passé, etc-ce une insulte ?" a demandé Alain Vidalies.

Le ministre des Relations avec le Parlement est "mitigé" quant au fait que l'Assemblée nationale suspende ses travaux jeudi pour cinq semaines, en raison des élections municipales, mais a-t-il expliqué, la décision, qui relève de "la reprise de ce qui s'est toujours fait" est "une décision de la conférence des présidents prise à l'unanimité". "C'est de toute façon la dernière fois que ça se produit" du fait de la loi sur le cumul.

L'équipe

Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.