Pierre Moscovici François Baroin
Pierre Moscovici François Baroin © Radio France / Jacques Demarthon © Christophe Petit Tesson/MAXPPP

Les invités du 7/9 pour le débat de la matinale sont aujourd'hui le Ministre de l'économie, des finances et de l'industrie, François Baroin et le Directeur de la campagne de François Hollande, Pierre Moscovici

Le débat a été analysé par l'Institut Médiascopie

L’ANALYSE DE DENIS MUZET (INSTITUT MÉDIASCOPIE)

Logo Mediascopie
Logo Mediascopie © Radio France /

Avantage Pierre Moscovici , selon notre Médiascopie, c’est la deuxième semaine qu’un socialiste donne du fil à retordre au représentant de l’UMP dans ce débat de la Matinale. Le directeur de campagne de François Hollande domine d’un bon point le ministre des Finances de Nicolas Sarkozy, y compris auprès de l’électorat de Marine Le Pen.

Sur la fiscalité : Pierre Moscovici a beau jeu de dénoncer le bilan fiscal de Nicolas Sarkozy qui, explique-t-il, a “privilégié de façon éhontée les plus riches” : les électeurs de Marine Le Pen l’applaudissent avec l’ensemble de la gauche. Cela dit, il peine à faire passer François Hollande pour “le candidat de la Justice” fiscale, seule la gauche approuvant cette formule, même si la proposition du candidat du PS d’instaurer une tranche d’impôt supplémentaire à 75% est saluée par l’ensemble de l’auditoire, y compris les électeurs de l’UMP…

Sur le prix de l’essence et le retour à la TIPP flottante : c’est à nouveau le directeur de campagne de François Hollande qui marque un but. Pourquoi ? François Baroin rappelle que l’instauration d’une TIPP flottante sous le gouvernement Jospin avait coûté très cher et que le pays n’en a pas les moyens aujourd’hui, rigueur oblige. Ce à quoi Pierre Moscovici répond par le volontarisme politique : “Nicolas Sarkozy a dit que puisque c’est mondial on n’y peut rien. Je dis moi que non seulement on peut faire quelque chose, mais qu’on doit faire quelque chose ! Il faut marquer un coup d’arrêt”. Et bien, ça paye, l’ensemble des courbes de réaction s’envolent jusqu’à 7,3/10. Deux buts à zéro !

Sur l’Europe : François Baroin marque des points quand il explique que beaucoup, à gauche, ne comprennent pas la position du PS sur le Mécanisme Européen de Stabilité, à commencer par Daniel Cohn-Bendit. Mais son adversaire reprend l’avantage quand il appelle l’Europe a être un moteur de croissance et pas uniquement punitive.

La conclusion du débat : elle confirme la tendance générale négative des courbes pour le ministre des Finances. Après que le représentant du PS eut imploré le candidat de l’UMP de présenter son projet, tout en le taclant : “il aura du mal parce que son projet c’est son bilan”, François Baroin se livre à une ultime tentative, arguant que, dans la crise, l’expérience de Nicolas Sarkozy et son autorité sont incontestables. Et là, le rejet est très majoritaire : seule la droite classique le soutient, les courbes chutent à 4,4 sur 10 !

Voici un extrait de la vidéo et retrouvez la totalité sur le site de Médiascopie

Les invités

L'équipe

Nous contacter
  • ICAgICAgICAgICAgPHN2ZyBjbGFzcz0iaWNvbiI+CiAgPHVzZSB4bWxuczp4bGluaz0iaHR0cDovL3d3dy53My5vcmcvMTk5OS94bGluayIgeGxpbms6aHJlZj0iI2ljb25fY29udGFjdCI+PC91c2U+Cjwvc3ZnPiAgICAgICAgICAgIENvbnRhY3QKICAgICAgICA=