Marine Le Pen
Marine Le Pen © Radio France / Anne Audigier

Pour Marine Le Pen, pas de doute, c'est le Front national qui va profiter de la crise politique actuelle. "Il faut reconstruire une classe politique à la hauteur des attentes des Français".

Et les chiffres semblent lui donner raison : "on a commencé par multiplier les adhésions par trois au début de la crise, on en est à multiplier par cinq. Et encore, ce ne sont que les adhésions directes par Internet"

Pour Marine Le Pen, c'est le résultat d'une "vraie crise de pouvoir" .

Un phénomène qui ne concerne pas seulement les militants. Pour la présidente du FN, les électeurs aussi comprennent que "l'UMP n'a plus aucune légitimité pour s'opposer au Parti socialiste." Elle va même plus loin, en affirmant que "le Parti socialiste applique le programme de l'UMP". "La vie politique ne perdra rien avec la fin de l'UMP", ajoute-t-elle.

Le FN avait aussi connu une grave crise avant de renaître de ses cendres... Mais la situation n'est pas comparable, pour sa présidente.

Pour Marine Le Pen, la crise actuelle à l'UMP ne profitera à personne, pas même à Nicolas Sarkozy, qui "n'est pas capable de ramener le calme dans ses propres troupes".Une crise qu'elle appelle à condamner lors des prochaines municipales, avec la possibilité pour les élus "de l'UMP et même de gauche" de rejoindre des candidats du FN pour des alliances locales. L'occasion de jeter une autre pierre dans le jardin de François Fillon et Jean-François Copé, "tous deux unis dans la détestation du travail que nous menons".

Le mariage pour tous, "un sujet de diversion" pour le gouvernement

Marine Le Pen a évidemment rappelé son opposition au projet de mariage pour tous du Parti socialiste. "Il y avait un moyen très simple de répondre à un certain nombre d'inquiétudes des couples homosexuels : une amélioration du PACS. Cela n'aurait créé aucune fracture, aucune division."

"Le mariage des homosexuels est plus idéologique et utilitaire qu'autre chose"

Pas question toutefois de "démarier" les couples homosexuels unis par les liens sacrés du mariage... "Ce n'est pas la tradition juridique de la France, en revanche il faudra cesser les mariages" en cas d'alternance politique.

La nationalisation de Florange, "je l'ai proposée il y a de nombreux mois"

Pour la président du FN, "le domaine de l'acier est absolument stratégique pour notre pays, nous en importons d'ailleurs 60%". Donc une nationalisation est tout à fait envisageable, à condition de ne pas se retrouver avec "un deuxième Mittal".

Marine Le Pen favorable à une nationalisation, temporaire ou non.

Mais là encore, elle évoque une bataille d'images de la part d'Arnaud Montebourg. "Il doit être très content d'avoir trouvé un repreneur", puisque "l'Union Européenne se serait opposée à une nationalisation".

8h20

8h40

Les invités
L'équipe
Mots-clés :
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.