Ariane Mnouchkine
Ariane Mnouchkine © Michèle Laurent / Michèle Laurent

À l’occasion de la création de Macbeth et des 50 ans du Théâtre du Soleil la metteur en scène est l'invitée de la matinale. Elle répond aux questions de Bruno Duvic et à celles des auditeurs.

macbeth par le Théâtre du Soleil

MacBeth par le Théâtre du Soleil
MacBeth par le Théâtre du Soleil © Michèle Laurent / Michèle Laurent

En montant Macbeth , il ne s’agit pas de faire un constat apocalyptique passif. Le dévoilement est déjà un combat, il nous faudra la patience, la force, l’humilité, le courage de chercher, de comprendre, de mettre le mal sur le théâtre, en musique, en rythme, en spectacle. Il faudra ouvrir le personnage aux spectateurs comme on dissèque un poisson pourri… Comme quand Molière monte Tartuffe, il écrit Tartuffe pour que cela ne soit plus, et c’est effectivement, je crois, dans cette pièce qu’il va le plus loin dans sa réflexion sur le mal.Montrer les choses, c’est déjà les changer. Les cacher, c’est refuser de les voir changer.Ariane Mnouchkine, s’adressant en réunion de compagnie aux acteurs et techniciens de la troupe, Taipei, décembre 2012

Les invités
L'équipe
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.