Moment gênant il y a 3 jours au Parlement européen...

Boris Johnson qui renonce à devenir Premier ministre, alors que toute sa manœuvre pour le Brexit visait à cela, forcément ça inspire la presse et ça excite les titreurs… c’est-à-dire les secrétaires de rédaction chargés de la titraille.

Dans Le Figaro, vous avez un classique « Exit Boris ».

A la une de Libé apparaît la partie supérieure, c’est-à-dire la plus désordonnée, de la tête de Boris Johnson sous le titre « Shakespeare en pire ».

A Londres, c’est plutôt Jules César trahi par Brutus, qui a inspiré la manchette de The Independant : « Et tu, Gove ? » Toi aussi Michael Gove, le ministre de la justice qui lâche Johnson et se déclare candidat.

Johnson qui fait aussi la une du Sun, avec ce titre : « Brexecuted ».

A part cela moment gênant il y a 3 jours au Parlement européen quand Jean-Claude Juncker dans un discours –comment dire- quelque peu embrouillé et décousu- évoque face au Brexit la préoccupation des dirigeants du monde entier… et même… et même bien au-delà…

Extrait.

Voilà, inquiétude des dirigeants d’autres planètes. Les extra-terrestres n’en mènent pas larges…

Et la terre ne va guère mieux…

Extrait.

Michel Jonasz en 1981, la terre et le père.

L'équipe
Contact
Thèmes associés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.