Moment gênant il y a 3 jours au Parlement européen...

Boris Johnson qui renonce à devenir Premier ministre, alors que toute sa manœuvre pour le Brexit visait à cela, forcément ça inspire la presse et ça excite les titreurs… c’est-à-dire les secrétaires de rédaction chargés de la titraille.

Dans Le Figaro, vous avez un classique « Exit Boris ».

A la une de Libé apparaît la partie supérieure, c’est-à-dire la plus désordonnée, de la tête de Boris Johnson sous le titre « Shakespeare en pire ».

A Londres, c’est plutôt Jules César trahi par Brutus, qui a inspiré la manchette de The Independant : « Et tu, Gove ? » Toi aussi Michael Gove, le ministre de la justice qui lâche Johnson et se déclare candidat.

Johnson qui fait aussi la une du Sun, avec ce titre : « Brexecuted ».

A part cela moment gênant il y a 3 jours au Parlement européen quand Jean-Claude Juncker dans un discours –comment dire- quelque peu embrouillé et décousu- évoque face au Brexit la préoccupation des dirigeants du monde entier… et même… et même bien au-delà…

Extrait.

Voilà, inquiétude des dirigeants d’autres planètes. Les extra-terrestres n’en mènent pas larges…

Et la terre ne va guère mieux…

Extrait.

Michel Jonasz en 1981, la terre et le père.

L'équipe
Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.