Les ordonnances sont dévoilées hier. Conférence de presse conjointe du premier ministre Edouard Philippe et de la ministre du travail Muriel Pénicaud.

Après les prises de parole du gouvernement, questions des journalistes.

Extrait de la question de Raquel Garrido

Raquel Garrido est d’abord et surtout membre de la France Insoumise. Mais c’est donc en tant que chroniqueuse de l’émission de Thierry Ardisson sur C8 qu’elle prend la parole. On est dans le grand n’importe quoi de l’époque, quand les politiques, au chômage ou en activité, sont embauchés par les médias sur lesquels ils ont tapé pendant la présidentielle. S’il fallait une preuve du poison de la confusion, on l’a eue hier dans sa forme pure et parfaite.

Plus grave, le fait que les services du premier ministre semblent avoir été parfaitement au courant de la manœuvre. S’il se présente une occasion d’affaiblir la presse et les journalistes, si l’on peut suggérer que journaliste, ça n’est pas un métier, eh bien il faudrait être stupide pour ne pas le faire. Même feutré et bien élevé, on n’est pas Donald Trump quand même, ça s’appelle purement et simplement du populisme.

Alors on peut se lamenter, et il y a de quoi. Se lamenter mais aussi regarder la voie empruntée par nos confrères américains qui répondent au populisme par un journalisme clinique, imparable, parfois dévastateur. C’est simple, efficace, c’est le défi et la grande chance offerte aujourd'hui aux journalistes.

L'équipe
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.