Qu'est devenue la musique en Iran ? Libération consacre un article à cette génération de musicien qui a disparu des radar en 1979 quand l'ayatollah Khomeini a pris le pouvoir.

Vous l’entendiez dans les journaux ce matin et Bernard Guetta y consacre sa chronique : les manifestations continuent en Iran, 13 morts à ce jour, avec au départ de ce mouvement des revendications économiques, contre la vie chère. 

Libération ce matin consacre la une à ce « cri persan » et dans les pages culture du quotidien un article passionnant sur tout un pan de la musique iranienne ayant disparu des radars en 1979 quand l’Ayatollah Khomeini prend le pouvoir.

Interdit la pop, le disco, le funk, le rock et toute une génération de chanteurs et de chanteuses dont les 45 tours sont devenus les trésors d’une époque révolue et s’échangent sous le manteau.

Comme les disques de la grande Googoosh qui fut un star à cette époque, celle du Shah d’Iran. 

Extrait "Gol di Goldoon" de Googoosh

« Téhéran, à la chasse aux chants cachés du Shah », à lire dans Libération aujourd’hui.

L'équipe
Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.