Cela a commencé par une tribune dans Le Monde , au lendemain de Noël : les acteurs français sont trop payés… clamait le producteur et distributeur Vincent Maraval, en balançant le cachet exorbitant dans le dernier Astérix : 1 million d’euros pour quelques minutes d’apparition à l’écran.

Et ça se poursuit ce matin, à la Une du Figaro : le cinéma français est-il trop subventionné ?

Edito de Sébastien Le Fol sur une omerta française : trop d’argent déversé, trop de films produits, près de 300 chaque année.

A l’heure de la rigueur budgétaire, il est temps dit Le Figaro , de demander des comptes aux professionnels du cinéma.

Eh bien, c’est ce qu’on fera à 7H50 avec celui qui au cœur du système, Eric Garandeau, le président du CNC, le Centre national du cinéma.

Extrait de « Ce n’est pas toujours drôle le cinéma » par Eddy Constentine, sur des paroles de Charles Aznavour.

L'équipe
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.