Marc Fauvelle

Non, il n’y a pas que les juges qui en prennent pour leur grade ces dernières heures…

Vous l’avez peut-être aperçu dans les kiosques depuis hier… L’hebdomadaire L’Express consacre cette semaine sa Une à Ségolène Royal, avec une photo pleine page et tout sourire de la numéro 3 du gouvernement…

Et juste en dessous ce titre en grande lettre jaunes : « l’emmerdeuse ».

Levée de bouclier immédiate à gauche et chez certaines féministes…

C’est dégradant, a tranché Manuel Valls, « injuste et vulgaire » a renchérit l’ex garde des Sceaux Élisabeth Guigou. Quant à la patronne des jeunes socialistes Laurianne Deniaud, elle tweete rageusement je cite : « Les emmerdeuses emmerdent L’express et votre sexisme d’arrière-garde ».

Et là, on se souvient qu’un autre responsable politique avait eu le droit au même traitement, il y a quelques mois… Un certain Francois Bayrou, estampillé « Emmerdeur », en 2011, à la Une d’une autre hebdomadaire : Le Point , sans que cela ne provoque la moindre réaction…

Alors question : le féminin d’emmerdeur serait-il plus péjoratif que son masculin ? Je vous laisse méditer, en musique.

Extrait « Mysoginie à part » de Georges Brassens, 1969.

L'équipe
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.