Bachar el-Assad sur 5 colonnes à la une, dans Le Figaro .

Interview à la fois fascinante et sans surprise : « non, je n’ai jamais gazé personne, d’ailleurs je n’ai jamais dit posséder des armes chimiques.

80 à 90% de ceux que nous combattons appartiennent à Al Qaïda, le seul moyen de leur faire face est de les liquider. Après seulement, nous pourrons parler de politique ».

Quant à la prétendue opposition, elle a été fabriquée à l’étranger, c’est une opposition « made in France » et made in Qatar.

Enfin sur les conséquences d’une frappe, Assad évoque le risque d’une guerre régionale, le Moyen Orient est un baril de poudre.

Fascinant, cet entretien accordé à Georges Malbrunot, par la décontraction affichée par le dictateur, sécurité minimale, le journaliste n’a pas été fouillé, questions libres, ¾ d’heures d’interview.

A noter l’ambigüité de sa réponse sur les deux journalistes français détenus en Syrie, Didier François et Edouard Elias. « S’ils sont otages des terroristes, c’est à eux qu’il faut demander des nouvelles. S’ils sont entrés dans le pays de façon irrégulière, ils seront jugés »

A part cela… la phrase du jour à Nadine Morano, extrait de son discours d’Arcachon relayé sur Twitter : « Ils veulent, les socialistes, casser tout ce que Nicolas Sarkozy a fait… au détriment des Français. » Mais dans le message, il manque une virgule. Comme si c’est Sarkozy qui avait agi au détriment des Français.

Point final.

Extrait de « La ponctuation » par Ricet Barrier.

L'équipe
Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.