Il fut un temps où les enfants ne jouaient pas avec des tablettes tactiles… mais avec un Télécran. Une ardoise magique remplie de poudre d’aluminium et munie de deux gros boutons qui permettaient de faire un dessin. Enfin, de tracer des lignes, parce que pour les diagonales et les arrondis, il fallait tourner les boutons en même temps et à vitesse constante.

Le jouet est américain, connu sous le nom d’Etch a sketch. Enorme succès, 150 millions d’exemplaires vendus depuis 1960. Mais son inventeur était français : André Cassagnes, il vient de s’éteindre à 86 ans.

Cela faisait belle lurette que ce bricoleur génial ne touchait plus de royalties sur le Télécran. Et qu’il était devenu le roi du cerf-volant français, créateur de volumineuses et spectaculaires structures, qu’il faisait voler lui-même sur les plages de Dieppe ou de Berck. On disait que Cassagnes était l’ingénieur du cerf-volant…

Archive : « Dieppe, les cultures du cerf-volant » 25/09/1992 sur France Culture.

Et modeste avec cela.

Mais pour revenir au Télécran, je suis tombé par hasard sur le témoignage de son fils, Patrick Cassagnes, qui raconte sur son blog, deux souffrances enfantines associées à ce jouet. D’abord la déception de ne pas apparaître sur la boîte, en lieu et place d’enfants inconnus.

Et surtout celle-ci : « Regarde papa, j’ai fait un beau dessin. Le papa regarde cinq secondes, dit « ah oui, très joli », puis applique le principe de son invention, retourne l’engin, et en quelques mouvements, plus de dessin. J’ai mis des décennies à comprendre que tout ce que j’avais fait dans la vie depuis, à l’inverse des dessins du Télécran, se voulait définitif ».

L'équipe
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.