Elle ne veut pas apparaître, ce serait dit-elle, au-dessus de ses forces.

Véronique, la veuve de Cabu, s’est retirée loin de Paris, mais elle nous a confié un texte, intitulé « armes ».

Lecture du texte de Véronique Cabu.

Extrait « Caricature » par Maxime Le Forestier.

Musique de Patrice Caratini, avec la guitare d’Alain Le Douarin.

Sur un album paru en 75, Saltimbanque, un 33 tours entièrement dessiné par Cabu, pochette de couverture et livret intérieur.

« La vie se passe au crayon, elle s’efface au baillon », chante Le Forestier.

L'équipe

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.