On connaîtra aujourd’hui le nom du Prix Goncourt 2017.

J’attends avec impatience l’émeute de la mi-journée chez Drouant quand l’heureux élu se retrouve, médusé, au milieu d’une forêt de micros et de caméras. Mine de rien, il n’y a pas beaucoup de pays où le roman fasse rituellement la une et où un prix littéraire est suivi en direct par tous les médias audiovisuels. Fin de la parenthèse.

L’année dernière, en 2016, c’est la franco-marocaine Leïla Slimani qui avait été distinguée pour Une Chanson douce chez Gallimard. Pendant la présidentielle, elle avait appelé à voter Emmanuel Macron, contre Marine Le Pen mais aussi par « adhésion ». A tel point que le président de la République lui aurait proposé le poste de ministre de la culture. On avait posé la question à Leïla Slimani le 28 août dernier dans le 7-9 d’Inter : ce poste de ministre, rumeur ou vraie proposition ?

Extrait

Voilà pour le démenti flou et souriant ! Mais Le Parisien nous apprend que Leïla Slimani sera nommée aujourd’hui à 15h par Emmanuel Macron « représentante personnelle du président pour la francophonie ». Le président aurait adoré son roman, Brigitte Macron aussi. « Elle fait partie d’une génération que le président veut faire émerger » dit un conseiller. Et ce sera un travail à plein temps, selon le Parisien, car personne au gouvernement n’a la charge de la francophonie.

Une romancière au cœur de l’exécutif, ce n’est pas banal. Et c’est une excellente matière romanesque, on espère qu’il y aura un livre ! Les détails dans Le Parisien ce matin.

L'équipe
Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.