Titre des Echos ce matin : la viande artificielle emballe l’Amérique

Artificielle ? Oui le hamburger saignant montré en photo dans le journal, ne saigne que de « sang végétal », une protéine ressemblant à de l’hémoglobine récupérée dans des racines de légumineuse. Le reste est un mélange de blé, d’huile de noix de coco et de pomme de terre. Au goût, le résultat serait assez convaincant, difficile de faire la différence avec un vrai steak.

Impossible Foods, c’est le nom de cette start-up américaine qui a mis au point cette… chose, déjà disponible dans un restaurant de New York… vient de refuser les 200 millions de dollars offerts par Google pour prendre le contrôle de la boite. Car les grands patrons de la Silicon Valley y croient, à la viande synthétique. Viande ou poisson.

Les cantines de Google proposent déjà des fausses crevettes à base d’algue rouge.

Plus sophistiqué encore et peut-être plus effrayant : cette entreprise, Menphis Meats qui fabrique des boulettes et des saucisses, non pas avec des végétaux non… avec de la vraie viande. Mais sans animaux et sans élevage. Je m’explique : la technique consiste à prélever des cellules souches chez des poules, des vaches et des cochons, avant de les mettre en culture dans un bio-réacteur. Hmmm.

Le problème, concluent les Echos, c’est le coût. Un demi-kilo de Menphis Meats coûte 9000 dollars à fabriquer. On va vous les laisser…

Et avec ceci ? Ce sera tout ?

Non, une chanson…

Extrait de « Femme de boucher » par Sophie Forte.

L'équipe

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.