C’est un événement éditorial et philosophique : les éditions Gallimard publient "Les Aveux de la chair", le quatrième volume, inédit et inachevé, de la magistrale "Histoire de la sexualité" de Michel Foucault.

Ce texte qui sort donc en 2018 fut en fait le tout premier écrit par Foucault. Il devait venir parachever l’Histoire de la sexualité, la mort du philosophe en 1984 ayant empêché le projet d’aboutir.

Alors précisément, quelle était l’ambition de cette Histoire de la sexualité ? 

Extrait d'une Archive Ina de Michel Foucault, en 1977, sur France Culture :

"Je ne veux pas dire du tout que la sexualité chez nous n’est pas interdite, qu’elle n’est pas réprimée, je ne peux pas dire qu’elle est permise sous toutes ses formes et sous toutes les conditions possibles.

Mais je veux dire que l’interdit là où il fonctionne – comme par exemple l’interdit de l’inceste, ou l’interdit beaucoup plus souple des relations extra conjugales – si tous ces interdits ne sont pas des pièces à l’intérieur d’un jeu beaucoup plus complexe et beaucoup plus positif où on pourrait dire en gros que les relations de pouvoir, les contrôles sociaux se sont emparées de la sexualité, tantôt pour en parler tantôt pour empêcher qu’on en parle, tantôt pour l’exciter, la susciter, la favoriser. Tantôt au contraire pour la masquer, l’interdire. 

Si il n’y a pas eu toute une technologie politique autour de la sexualité et c’est cette technologie, plus fondamentale que les interdits ou les permissions que j’ai voulu reconstituer."

Les Aveux de la chair, Histoire de la sexualité volume 4, éditions Gallimard, en librairie demain.

L'équipe
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.