Le journal Ouest France publie des récits accablants...

Témoignages de conditions de vie et de travail dans un Ehpad
Témoignages de conditions de vie et de travail dans un Ehpad © Getty / Keiichi Hibari / EyeEm

Encore un témoignage insupportable sur les conditions de travail et de vie dans les établissements d’hébergement pour personnes âgées dépendantes. On se souvient de cette enquête dans Le Monde sur un établissement du Jura. Le site de franceinfo cite une enquête de Ouest France dans la maison de retraite de Paimboeuf en Loire Atlantique.

Témoignage d’une pensionnaire de 85 ans : « On me couche à 17h pour des questions d’organisation du personnel. Plus tôt que les bébés. Le matin on me lève de plus en plus tard, souvent vers 11h. Ça fait court comme journée ».

Elle affirme qu’elle n’a pas pu prendre de douche depuis trois semaines. Le dernier bain, c’était en mai. Et puis, il y a les dimanches et jours fériés : faute de personnel en nombre suffisant, il faut rester au lit toute la journée.

Une autre pensionnaire se souvient : « Un jour on m’a servi mon potage dans un gobelet en plastique. Toute une vie pour en arriver là… » dit-elle.

Selon Ouest France il y a 58 résidents et le matin cinq aides-soignantes. L’une d’elle raconte : « Nous disposons de 15 minutes pour la toilette de chaque personne. C’est la chaîne. On n’a pas le temps de discuter et pourtant les personnes âgées sont très en demande. Si il y avait plus d’échanges, il y aurait moins d’antidépresseurs et de somnifères. »

L’animation ? L’Ehpad va engager deux personnes en service civique. Actuellement note un animateur, un résident dort 8 heures, il a quatre heures de soins et au mieux deux heures d’animation. Le reste ? Un ennui que nous-mêmes on ne supporterait pas.

Une aide-soignante se souvient : il y a quelques semaines un résident avait invité l’équipe de jour à trinquer et manger une tarte pour son anniversaire. Personne n’est venu, faute de temps.

La CGT a lancé un appel à la grève pour avoir plus de moyens.

Nous sommes en France, en 2017, et ce sont nos aînés dont on parle.

L'équipe
Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.