L’homme du jour, c’est un ministre rendu furieux par le Conseil constitutionnel.

Vraiment furieux, même s’il ne le dit pas au micro.

Et puis c’est de l’histoire ancienne, vieille de 15 ans.

France 3 le 20 décembre 2000, Elise Lucet.

Extrait.

La solution de rechange prendra la forme d’un crédit d’impôt, baptisé par le Premier ministre Lionel Jospin « prime pour l’emploi ».

Quant à Laurent Fabius, il va enfin éprouver à la présidence du Conseil constitutionnel la joie exprimée par Jean-Louis Debré dans les colonnes de La Croix : « Quel bonheur d’agacer le pouvoir ! » dit Debré, dont le mandat s’achève le 5 mars.

L'équipe
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.