Et déjà – comme on dit sur les chaînes info – les hommages se multiplient.

« Il était l’un des combattants les plus sages et les plus généreux pour la dignité, l’égalité et les droits de l’Homme » écrit ainsi le ministre chilien de la culture, à propos de… Nelson Mandela.

Qui n’est pas mort… du moins pas à notre connaissance, mais dont chacun guette le dernier souffle, le doigt sur le bouton du breaking news, de la nécrologie planétaire, de la célébration XXL.

Et la pression est telle que parfois le doigt dérape. Comme celui de Rafael Nadal. Ou du ministre chilien qui a du s’excuser au bout de deux heures : « Je me réjouis que Mandela soit vivant » a-t-il twitté.

Réflexe dérisoire que celui de la course aux hommages aux grands disparus.

Mandela n’est pas mort, mais voilà quinze ans qu’il s’est retiré de la vie publique, croulant sous les honneurs, devenant dans le monde l’homme politique le plus célébré de son vivant.

En 2006, Mandela avait décidé de ne plus accepter de récompenses ou d’hommages, considérant qu’il était temps que d’autres soient maintenant honorés.

Pas sûr, à l’heure où nous parlons, que cette volonté soit exaucée.

Extrait « Mandela »

Mandela, l’une des nombreuses chansons qui lui ont été consacrées.

On doit celle-ci au groupe burkinabé Farafina.

L'équipe
Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.