Un petit rectangle en carton, d'une couleur variable selon les époques, avec une barre marron qui le fend au milieu dans le sens de la longueur : le ticket de métro parisien va disparaître sous trois ans, remplacé progressivement par des "pass" ou une application pour smartphone.

On avait déjà vu disparaître les poinçonneurs, des Lilas et d'ailleurs... la carte Orange née en 1975... Adieu ticket, adieu l'encre des oblitérations qui tâche le bout des doigts, le ticket démagnétisé qui ne passe plus, le ticket usagé qui finit en charpie à la machine à laver, comme l'écrit Grégoire Thonnat dans La Petite Histoire du métro parisien aux éditions Télémaque, le ticket est une "madeleine de Proust" mais aussi le reflet de l'évolution de la vie parisienne.

Les premiers tickets apparaissent – logiquement – avec la ligne 1 du métro en 1900 pour l'exposition universelle. Son prix ne bouge pas pendant 19 ans. Il augmente fortement en 1919 car le pays est ruiné après la Grande Guerre.

1930, tarif spécial pour les mutilés de guerre dont trop sont désinsérés socialement...

1948, tarif pour les familles nombreuses, il faut repeupler le pays...

Aujourd'hui, voilà le ticket dépassé par la technologie. C'est aussi écologique : combien parmi les 550 millions de tickets vendus chaque année se retrouvaient dans les caniveaux, sur les trottoirs et sur les quais ?

Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.