Athènes, 22h11.Alors que la principale chaîne de télé publique évoque sa propre mort et filme la foule qui vient lui manifester son soutien, les autorités grecques font couper les émetteurs…

Extrait

Ecran noir, plus de son, plus d’images pour les sept chaînes nationales, 19 régionales et la radio qui émettait dans le monde entier pour la diaspora grecque.

2600 salariés sur le carreau, qui seront admis à postuler dans la nouvelle structure. Puisque l’intention du gouvernement est de faire table rase avant de recréer un service public moins dispendieux.

Stupeur des Grecs qui en ont pourtant vu d’autres, depuis le début du programme d’austérité. On a entendu hier soir parler de coup d’état, de dictature.

Mais on relève aussi que l’émotion suscitée est inversement proportionnelle aux taux d’audience de la télé publique, tombé à moins de 10%. C’est ce qu’on pourrait appeler, toutes proportions gardées, un effet Taratata.

Extrait de « La télé en panne » de Pierre Perret

L'équipe
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.