Le nom de Jack Ralite, dont on a appris la mort hier à l’âge de 89 ans, n’évoquera sans doute rien, ou pas grand-chose, à nos plus jeunes auditeurs.

Ralite était communiste, à l’époque où le PC était une formation politique majeure de la gauche française. Le fils de chauffeur de taxi qui voulait devenir instituteur avait franchi une à une les étapes de ce qui était autrefois, pour les communistes mais pas seulement, le long apprentissage de la politique, employé puis conseiller municipal, maire, député, ministre, sénateur. Aujourd’hui tout va plus vite et une telle vie, entièrement politique, serait considérée avec suspicion.

Jack Ralite ne fut jamais ministre de la culture. Il était pourtant l’ami des artistes, des gens de théâtre, il aimait les livres et la musique, il en parlait magnifiquement bien. Vous sortiez plus intelligent d’un entretien avec lui qui avait fondé le Théâtre de la Commune à Aubervilliers, en 1960. C’était aussi l’époque où l’on croyait que l’art, les œuvres, le théâtre devaient être des écoles ouvertes à tous et pouvaient changer nos vies.

Ecoutez Jack Ralite se souvenir de son expérience de vendeur du quotidien L’Humanité qui lui consacre d’ailleurs sa une ce matin.

Archive INA

Pour mieux connaître Jack Ralite, vous pouvez réécouter l’entretien qu’il avait accordé à Jean Lebrun pour une Marche de l’histoire en 2015. Le lien sur le site internet de France Inter.

L'équipe
Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.