C’est un "cold case", sans doute l’une des affaires non résolues les mystérieuses de l’histoire moderne… Adolf Hitler s’est-il vraiment suicidé dans son bunker le 30 avril 1945 ? Par balles ou par empoisonnement ?

Officiellement pas de photo des cadavres du dictateur et de sa femme… Et un énorme mensonge : Juillet 1945 conférence de Potsdam : Staline affirme à Churchill les yeux dans les yeux qu’Hitler a fui en Amérique du Sud… La CIA, le MI6 l’ont cherché pendant des années…

Bref, des manipulations, des doutes, des fausses routes… Et des restes, conservés à Moscou au siège de l’ancien KGB : un morceau de crâne et une dentition qu’a pu examiner sous haute surveillance le médecin légiste Philippe Charlier. Il s’était déjà penché sur les reliques de Saint Louis, de Richard Cœur de Lion ou d’Henri 4. Ecoutez-le… 

"Les circonstances de la mort d'Adolf Hitler sont particulièrement suspectes. Alors, le travail de la médecine légale, le travail de l'anthropologie, est justement de démêler le vrai du faux : d'abord vérifier l'authenticité des restes (travailler vraiment sur les restes authentiques) et ensuite fournir des conclusions qui sont, on l'espère, définitives dans l'état actuel de la science."

C’est un extrait d’un documentaire réalisé par Jean-Christophe Brisart. Une incroyable enquête scientifique, historique, géopolitique… Pour connaître le fin mot de l’affaire : Le mystère de la mort d’Hitler sera diffusé mardi prochain sur France 2 dans la case « Infrarouge »… 

L'équipe
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.