Dans vos journaux ce matin, cette décision du Vatican de changer la prière du « Notre Père ».

Et précisément cette phrase :

« Ne nous soumets pas à la tentation »

Ne nous soumets pas à la tentation. Ce qui laisse penser que Dieu serait le tentateur, celui qui incite au péché.

Autrement dit, pendant des années, la traduction officielle a laissé confondre Dieu et le Diable. Une « erreur » s’offusque le spécialiste religieux du Figaro Jean-Marie Guénois, pour ne pas dire un blasphème, dont dit-il les conséquences sur les mentalités sont incalculables.

La formule maléfique date en réalité de 1966 et du Concile Vatican 2.

Car auparavant, on disait ou on chantait :

Extrait.

Phrase équivoque là aussi disent les spécialistes.Voilà pourquoi la nouvelle prière homologuée dira donc : « Ne nous laisse pas entrer en tentation. »

Libre à chacun d’en faire usage. Ou d’en apprécier les variantes…

Extraits.

L'équipe
Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.