Il a donc avoué, enfin. On ne sait pas encore jusqu’où Lance Armstrong a-t-il été dans sa confession.

Mais à propos du plus grand scandale de dopage de l’histoire du sport, vous lirez dans Le Parisien-Aujourd’hui en France , l’amertume de Richard Virenque qui se souvient de la façon dont Armstrong a surgi en 99 l’année d’après le scandale Festina : « Pendant qu’on me coupait la tête, se lamente Virenque, lui faisait ce qu’il voulait. »

Et il est vrai qu’il n’y avait pas que les journalistes sportifs pour s’extasier sur la résurrection d’Armstrong, symbole d’un Tour de France à nouveau propre.

En juillet 99, la ministre des sports Marie-George Buffet pourtant très engagée dans la lutte anti-dopage, face à un Stéphane Paoli dubitatif…

Extrait de l’interview de Marie-George Buffet au micro de Stéphane Paoli, le 12 juillet 1999 sur France Inter.

L'équipe
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.