Nous sommes le 16 octobre, et le livre s’appelle simplement « Le 16 octobre ». Il est paru il y a plus de 20 ans mais n’a rien perdu de sa force.

De l’assassinat abominable un 16 octobre, d’un petit garçon de 4 ans prénommé Grégory à la longue descente aux enfers d’un couple de parents resté soudé par l’amour, mais qui au comble du malheur, s’est retrouvé exposé, sali, traqué, accusé injustement comme Christine ou entraîné au pire, comme Jean-Marie devenu meurtrier.

Les Villemin qui mènent une vie normale avec leurs trois enfants, refusent depuis toute apparition, la curiosité médiatique continue de leur faire horreur, ils ont droit à l’oubli.

Mais les médias et une partie de l’appareil policier et judiciaire eux ne doivent pas, jamais, oublier cette tâche indélébile que fut l’affaire Grégory. Lisez, relisez « Le bûcher des innocents » de Laurence Lacour.

Ou encore, si vous le trouvez, ce livre renversant, unique, accablant, signés des époux Villemin avec Laurent Beccaria, « Le 16 octobre ».

Parce que, y explique Jean-Marie, pour évoquer la mort de notre enfant, entre nous on n’arrive pas à dire autrement que… le 16 octobre.

C’était le 16 octobre 84, il y a tout juste 30 ans.

L'équipe
Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.