On ne va pas se mentir, on est tous passé à autre chose.

Et c’est le mérite du dernier numéro de la revue Le Débat, chez Gallimard : nous remettre le nez sur la présidentielle 2017 pour souligner que cet événement est loin, très loin, d’avoir délivré toutes ses leçons.

Par exemple l’affaire Fillon : est-elle le premier acte d’une transformation du rôle de la justice en France ? La justice qui est intervenue dans le cours de l’élection et en a, qu’on le veuille ou non, dit Pierre Avril, modifié le cours et peut-être l’issue ? Est-ce là un hasard, lié à une affaire précise, ou le début d’une nouvelle époque ? La question est posée et débattue dans la revue.

Article très intéressant aussi sur la politique « dévorée par le numérique ». C’est Nicolas Vanbremeersch qui tient la plume. Il inscrit 2017 dans temps plus long, ayant démarré en 2005 avec le référendum sur la Constitution européenne. Tel est le premier grand événement qui, en France, a permis à ce qu’il appelle la « multitude » de s’informer et de s’organiser sur internet, avant d’aller voter comme personne ne l’avait prévu. Pour les partis et les candidats, le tremblement de terre ne fait que commencer. L’article est passionnant.

Un mot encore du carnet de campagne de l’ancien conseiller en communication de François Hollande, Gaspard Gantzer. Il propose une lecture clinique des rapports de force entre candidats et médias qui mérite, à mon avis, d’être lue par les journalistes en charge de la politique.

Début d’inventaire après liquidation : la revue Le Débat est publiée par Gallimard.

L'équipe
Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.