Les chansons du rappeur Orelsan incitent-elles à la violence envers les femmes ?

Non, a tranché la Cour d’appel de Versailles, en prononçant une relaxe et pour qui sanctionner ces textes reviendrait à censurer toute forme de création artistique inspirée du mal-être, du désarroi et du sentiment d’abandon d’une génération.

D’autant, ajoutent les juges, qu’Orelsan n’a jamais revendiqué pour lui-même ces propos provocateurs ou sexistes. Au contraire : « Je partage les combats des associations féministes qui ont porté plainte » disait-il lors de son procès.

Occasion de rappeler, c’est-à-lire sur le site de Libération, que le sexisme dans la chanson n’est pas loin de là l’apanage d’un seul genre musical, le rap.

Il suffit de citer –ce que fait Johanna Luyssen de Libé - quelques titres de Michel Sardou, de Michel Delpech, de Starshooter mais aussi de Georges Brassens –Putain de toi.

Avant d’exhumer une hallucinante interview de Léo Ferré, et là, ce n’est pas une chanson, c’est bien Ferré qui revendique sa misogynie dans cet entretien de 1971...

La séquence dans son intégralité

L'équipe

Mots-clés:

(ré)écouter Le 7h43 Voir les autres diffusions de l'émission

Le 7h43

Le 7h43

Le 7h43