Comme le candidat de la France insoumise ne veut pas répondre aux questions de France Inter, Patrick Cohen pose les questions qu'il aurait aimé poser sur l'impôt, le chômage...

Les questions donc ce matin que nous ne pourrons pas poser à Jean-Luc Mélenchon, puisqu’il ne veut plus venir à ce micro.

Question qui peut être centrale dès dimanche soir : en cas de qualification pour le second tour, Jean-Luc Mélenchon pourriez-vous corriger ou adoucir les points les plus abrupts de votre programme L’avenir en commun, en vue de rassembler le plus grand nombre ?

Par exemple ces 90 milliards d’euros d’impôts ou de prélèvements en plus, 4 points de PIB. Ou le droit opposable à l’emploi qui prévoit que « tout chômeur de plus d’un an se verra proposer un contrat public », l’Etat dites-vous sera employeur en dernier ressort. En avez-vous évalué l’impact ?

A l’école, la suppression des subventions d’Etat à l’enseignement privé, avec l’abrogation des lois Debré, Rocard et Carle. Ne craignez-vous pas de rallumer la guerre scolaire ?

Citons encore la fin du travail du dimanche, sauf dans les hôpitaux et les transports.

Et puis dans le monde de la culture, l’interdiction de tout financement d’évènements par des entreprises. Vous voulez en finir avec le mécénat, les partenariats, les sponsorings privés. En avez-vous mesuré les conséquences possibles pour les expositions, les festivals ou les concerts ?

Voilà.

Il y aurait aussi sûrement des questions internationales, même si c’est parfois difficile. Ainsi vous vous êtes plaint dans une vidéo d’une séquence de France Info où votre soutien Clémentine Autain découvrait l’Alba, l’Alliance bolivarienne…

Extrait.

« Traquenard », c’est ainsi que vous qualifiez chaque question ou interview un peu piquante.

D’où cette dernière question : Jean-Luc Mélenchon qui a refusé dans cette campagne de répondre aux invitations de France Inter, de France Info, de Mediapart, de Libération ou de l’émission Quotidien… Jean-Luc Mélenchon supporte-t-il la critique ou la contradiction ?

Extrait.

C’est Boby Lapointe qui avait le dernier mot.

L'équipe
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.