A La Une de La Provence , ce titre: « à demain, après la fin du monde ».

Faut-il y voir une forme d’appel au secours des journalistes du quotidien marseillais ?

Bernard Tapie est désormais leur patron.

Le voici patron de presse, après avoir été si longtemps charmé, cajolé, égueulé, menacé, acheté les journalistes qui se trouvaient sur sa route ou même jeté leur caméra à la mer.

1993, affaire OM-VA, des joueurs de foot qu’on a tenté de corrompre, des liasses de billets enterrés dans un jardin.

Et un témoin bidon, Jacques Mellick, le maire de Béthunes que Tapie brandit comme un alibi, en traitant les journalistes qui n’y croient pas d’imbéciles ou de malveillants.

__

Extrait de Bernard Tapie au 20H de TF1 en 1993.

On sait aujourd’hui que tout était vrai, Mellick a avoué avoir menti, et Tapie a pris huit mois ferme.

Extrait de « Réussir sa vie » par Bernard Tapie.

L'équipe
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.