La nouvelle place de la République
La nouvelle place de la République © maxppp / Olivier Arandel
Un titre choc ce matin dans les pages culture du _Figaro_ : « la République défigurée ». Le coupable est désigné : Bertrand Delanoë, le maire de Paris, qui vient de chasser les voitures de la place de la République, et de la réaménager pour en faire une vaste esplanade piétonne. Résultat consternant aux yeux d’Adrien Goetz : la place, avec ses petites dalles grises, ressemble à un centre-ville de métropole industrielle allemande de seconde catégorie. Mais plus grave, la dimension historique du lieu a été niée : les deux fontaines aux dauphins qui encadraient la statue depuis 1889 et répondaient à celles qui entourent l’obélisque de la Concorde ont été démontées et remplacées par une sorte de pédiluve de piscine municipale, où viennent se salir les enfants… Conclusion lyrique d’Adrien Goetz : La République, la Nation, la Bastille, c’est la France, l’une des plus belles places du XIXème siècle, haut-lieu de notre histoire du XXème -c’est là qu’a été proclamée la Vème République par de Gaulle- vient de mourir sous nos yeux… _Extrait de « Ma République » par Jean-Louis Murat._ (Sur des paroles de Béranger qui a donné son nom à la Rue Béranger où siège le quotidien _Libération_ et qui débouche… place de la République !)
L'équipe
Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.