Des nouvelles d’Iran ce matin.

Et d’une des figures de la lutte pour les droits de l’homme. L’avocate Nasrin Sotoudeh, que nous avions pu rencontrer à l’hiver dernier lors d’une matinale spéciale à Téhéran, est toujours persécutée par le régime. Elle ne peut toujours pas exercer son métier.

On a appris hier par la FIDH -la fédération internationale des droits de l’homme- que la Cour de la Révolution islamique avait fait à nouveau suspendre sa licence d’avocat pour 3 ans. Et que la police avait dispersé un rassemblement de protestation devant le barreau de Téhéran.

Ce que Nasrin Sotoudeh nous disait en février après 3 ans de prison et 5 grèves de la faim, reste d’actualité…

Extrait du 7/9 en direct de Téhéran (10/02/2014)

Au moins des centaines de prisonniers politiques en Iran… Nasrin Sotoudeh, qui n’a toujours pas pu recevoir le prestigieux prix Sakharov que le Parlement européen lui avait décerné en 2012. Elle reste, avec toute sa famille, interdite de quitter l’Iran.

L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.