Nous étions en 2004. Quand Alain Juppé a été condamné dans l’affaire des emplois fictifs de la ville de Paris en janvier, à quelques semaines d’un scrutin régional.

Capture écran de l'émission Mots Croisés sur le site ina.fr
Capture écran de l'émission Mots Croisés sur le site ina.fr © ina.fr

Marine Le Pen ne se plaignait pas que la justice vienne perturber les élections.

Pas du tout. Au contraire.

Voici comment –sur le plateau de Mots Croisés- celle qui n’était pas encore la chef du parti le plus poursuivi de France, s’insurgeait d’entendre que les affaires n'intéressaient pas beaucoup les Français. En en faisait un argument de campagne.

Extrait.

► ► REVOIR cette archive sur le site de l’INA.

Marine Le Pen et Jean-François Copé sur France 2 le 9 février 2004.

L'équipe
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.