Tous les jours, un auteur en compétition pour le livre Inter nous présente son roman. Ce matin, "Les Spectateurs" de Nathalie Azoulai : un roman qui se dévoile peu, mais qui finalement laisse toute l'imagination au "spectateur".

Nathalie Azoulai
Nathalie Azoulai © AFP / François Guillot

Découvrez, en exclusivité sur notre site, l'intégralité de l'entretien de Nathalie Azoulai qui évoque son roman :

8'40

LIVRE INTER Azoulai INTERNET

Un roman mystérieux 

Penchez-vous sur l'histoire de ce roman Les spectateurs aux éditions P.O.L. Nous sommes dans le salon d'un petit appartement, nous ne savons pas où, mais nous savons quand, car à la télévision se déroule une conférence de presse, tenue par le général de Gaulle le 27 novembre 1967. Ils sont quatre devant l'écran de télévision, l'enfant de 13 ans, le héros de cette histoire, sa petite sœur handicapée de la hanche et leurs parents. Tous regardent la télévision, avec de l'appréhension et une certaine angoisse. Car il semble qu'il faille quitter un pays, mais lequel ? Ses parents l'ont visiblement déjà fait, mais quand ? L'enfant pose alors des questions, pour savoir, pour avoir plus d'informations, mais personne ne veut rien lui dire, ou plutôt on lui dit, mais à demi-mots... L'enfant, au fur et à mesure du roman, tente de reconstituer les menaces qui pèsent sur sa famille, sur les siens, mais se questionne également sur la marche irrémédiable de l'histoire entre l'Orient et les robes de stars hollywoodiennes dont parle la voisine de la famille. 

Attendez-vous à un roman qui se dévoile peu, mais qui finalement laisse toute l'imagination au "spectateur". Qui sont ces gens ? De quoi parle cette conférence de presse ? Renseignez-vous ! Et déduisez-en le sujet du roman ? Projetez-vous dans ces personnages et tentez d'en cerner les émotions, de les comprendre, de les concevoir... 

Le portrait de Nathalie Azoulai

Nathalie Azoulai est connu dans le monde de la littérature. D'abord éditrice, Nathalie Azoulai se tourne rapidement vers l'écriture. Elle publie d'abord, Mère agitée, en 2002 aux éditions Seuil, où il y décrit une mère débordée, au bord de la crise de nerfs, qui face à tous ces "mamans !" hurlés par ses enfants, se fige et tente de comprendre la maternité tant en terme biologique que sociétale. Elle sortira Les filles ont grandi aux éditions Flammarion en 2010, qui se veut la suite de Mère agitée. Elle explore cette nouvelle maternité, non plus d'enfants, mais de jeunes adolescentes. Son avant-dernier roman sorti en 2015, Titus n'aimait pas Bérénice aux éditions P.O.L, s'articule autour de la figure de Jean Racine, de sa pièce Bérénice, mais également autour d'une réplique contemporain à cette histoire. Le roman lui a valu d’être finaliste pour les prix Goncourt, Goncourt des lycéens, Femina et lui a permis d’obtenir le "Goncourt / le choix de l'Orient" ainsi que le prix Médicis.

Feuilletez les premières pages de son roman "Les Spectateurs"

L'équipe
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.