A lire dans les pages idées et débat de Libération ce matin, la chronique mensuelle du philosophe Frédéric Worms.

Il y a revient sur le mouvement « balance ton porc », « me too », sur la libération de la parole des femmes harcelées, agressées ou violées. Sur ce véritable continent de violence qui a surgi en quelques semaines.

Frédéric Worms a été sidéré. Et sidéré d’être sidéré. Si on est aussi honnête que lui, quels hommes peuvent dire le contraire ? Dire qu’ils n’ont pas été sidérés eux aussi en découvrant cette violence faite aux femmes ? Combien peuvent dire qu’ils savaient ou avaient vu une violence qui était pour eux, pour nous, largement invisible ?

Je vous laisse découvrir dans Libération cette réflexion dont je n’ai décrit que les prémisses. Frédéric Worms propose un chemin politique subtile, fécond. C’est LA grande question politique, et nous allons prolonger tout de suite la réflexion avec Thomas Legrand.

L'équipe
Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.