Acte 3 scène 2 du vaudeville socialiste : le patron du parti Jean-Christophe Cambadélis déclare ce matin au Parisien , je cite : « PS, ça ne veut pas dire Play Station ».

En clair, on arrête de jouer avec le parti et avec le nom de ce parti, qui pourtant en a déjà vu d’autres. Puisque la pièce a déjà été jouée avec les mêmes acteurs. Les même titres dans les journaux « crise de nerfs au PS ». C’était à l’été 2009. Avec déjà Manuel Valls en tête d’affiche.

Extrait Manuel Valls.

Réplique de Martine Aubry, alors première secrétaire : le PS Manuel, tu l’aimes ou tu le quittes. Message relayé par Marylise Lebranchu.

Extrait de Marylise Lebranchu.

Voyez que si les acteurs sont les mêmes, les rôles ont changé… Puisque Marylise Lebranchu aujourd’hui fait partie du gouvernement Valls. Tandis que celle qui défendait Manuel Valls il y a 5 ans, vient justement d’en claquer la porte : Aurélie Filippetti…

Extrait Aurélie Filippetti.

Souvent socialiste varie… Bien fol qui s’y fie.

L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.