Il y a tout juste 3 ans, le 25 mai 2014, mourrait le général Jaruzelski, dernier président communiste polonais.

Le chef du parti communiste polonais et le président du conseil d'état général, Wojciech Jaruzelski (à gauche) et le président français François Mitterrand (à droite) lors d'une visite officielle en France le 4 décembre 1985.
Le chef du parti communiste polonais et le président du conseil d'état général, Wojciech Jaruzelski (à gauche) et le président français François Mitterrand (à droite) lors d'une visite officielle en France le 4 décembre 1985. © AFP / PASCAL GEORGE

Le général Jaruzelski est le symbole de ses dirigeants de l'Est, hostiles aux aspirations de liberté des peuples qui ont finalement fait tomber le mur de Berlin.

Face au syndicat libre Solidarité et à Lech Walesa, il instaure la loi martiale en 1981, des milliers de personne sont emprisonnées.

En décembre 1985, le ministre polonais est en visite à Paris. François Mitterrand le reçoit à l'Elysée. Quelques heures plus tard, le Premier ministre de l'époque, Laurent Fabius, crée la surprise lorsqu'il est interrogé à l'Assemblée Nationale sur l'opportunité de cette rencontre : il ose prendre ses distances.

La question que vous me posez est probablement la plus difficile à laquelle j'ai eu à répondre depuis que je suis entré en fonction. La visite, même rapide, en France, du chef d'Etat polonais m'a personnellement troublé.

L'équipe
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.